Pour retrouver la communauté Thalie 24/24 7/7, une seule adresse: celle qui mène à notre beau serveur Discord.

-> https://forum-thalie.fr/discord <-

Mon matos informatique, son évolution

Pour parler PC, actualité numérique, smartphones de qualité, réalités virtuelles, memes débiles et overclocking tétrabotique

Modérateur : La Force Poissons

Répondre
Avatar du membre
Corsaire
Début de la gloire
Messages : 27
Enregistré le : ven. févr. 06, 2015 7:16 am

Mon matos informatique, son évolution

Message par Corsaire » jeu. nov. 21, 2019 1:35 pm

le temps et les années passent, et alors que la mode est aux gens se montant (ou remontant) des PC retro je me suis penché sur mon usage informatique et son évolution.

Je ne rentrerait pas dans les détails mais plutôt les grandes lignes.

L’age des cavernes

Circa 1992.
En ce temps avoir un PC, pardon un ORDINATEUR, n’était pas chose courante, internet n’existait pas encore pour le grand public, pas d’ordinateur aux rayons électronique des supermarchés, pas de boutique un peu partout.
Une époque très confidentielle, la majorité des informations que l’on pouvait glaner sortait des magazines et des contacts avec d’autres passionnés.

C’est à cette période que j’ai commencé ma découverte de l’informatique partant du 286, l'ordinateur familial.
Un unique PC, écran, clavier, souris, imprimante et c’est tout.
Cette situation sera la situation commune pour beaucoup.

Je met des deniers de boulots d’été et économies diverses pour me payer mon ordi bien à moi qui sera un 486dx4 (zooonnder!) en 1994. :azusa3: :battler:

Le temps des premier contacts

Étant bien informé j’entends parler de Linux et Internet vers 1994 et les utilise en même temps pour la première fois en 1995. :erika2:
Pour moi les deux resteront toujours intimement associés.
Cela se passera dans un cybercafé, chose à la mode a cette époque.

Je veux pousser plus loin l’utilisation et fini par investir dans un second disque dur dédié à Linux en 1996, la distribution sera la première slackware ayant un noyau 2.0.
J’apprends des choses totalement incroyables comme compiler son noyau (waoh). :kyou:
Viendra plus tard un modem, me voila utilisant internet à domicile en 1997. :marii3:
je passe aussi au Pentium 200, un monstre à l’époque. :oshigoto:

Le dragon à deux têtes

Ce cas de figure va perdurer durant un très long moment.

Devoir redémarrer le PC pour passer de DOS/Windows à Linux est rébarbatif, alors pourquoi plutôt que de remplacer le PC ne pas en avoir un deuxième, Linux sait très bien se passer d’un écran pour être accessible du moment que l’on l’a mis en réseau. :akiho:

A cette époque la star du réseau est la carte NE2000 en 100Mb/s et les hubs (le switch est onéreux), voire le réseau chaîné en BNC. :yoshitake2:

Le Linux est le point d’entrée vers internet avec le modem gérant la connexion PPP et le firewall faisant masquerading.

Cette configuration perdurera jusqu’à la venue de l’ADSL, pour moi en 2000 lorsque j’emménage dans Paris intra-muros.
Le firmware du modem ADSL Alcatel sera promptement bidouillé pour passer en un modèle pro qui gère seul le login et le port forwarding, devenant de fait un routeur, chose totalement normale de nos jours avec les boxes des FAI.
A noter que j’ai toujours refusé le modèle de modem USB, ethernet ou rien ! :shardis:
Le PC desktop est un Pentium2, le Pentium est devenu le serveur.

S’ajoutera plus tard le portable, je choisirai un modèle de Apple, les portables de la marque étant très en avance sur ce qui se fait ailleurs, et le nouveau OsX est un monstre excitant de base Unix. :jaer:
Le sans fil avec Airport finira par s’y ajouter.

Nous sommes donc vers 2003 et le paysage est assez figé.
Un Pc Linux, un Pc Windows, un portable, l’accès Internet géré par une Airport.

Exceptées les diverses mises a jour, voire expériences, l’évolution du matériel ne fait que suivre son cours.
PentiumII, Athlon, Opteron (idéal pour entrer dans le monde du 64bits et du multi-cpu), core2 quad, core i7. :askthat:

A noter qu’il se répand dans notre cercle d’amis proche l’idée d’avoir un stockage déporté en réseau plutôt que de gros disques dans nos machines, l’usage d’avoir un NAS prendra de l’ampleur vers 2004-2005.
Avec d’abord des machines serveur faites à la main puis les produits de la compagnie Synology qui nous donnent exactement ce que l’on attend. :fuuko:

Le portable évoluera aussi jusqu'au dernier powerbook 17" en 2011, depuis le manque de moyens et surtout d’intérêt (bonjour les claviers papillon) ne m'ont pas motivé a changer.

L’odyssee

Les choses vont prendre un tournant différent en 2013 lorsque je partirais au Japon.

Étant parti avec seulement mon portable sous le bras, je laisse mon matériel PC moins certaines choses dont je me sépare, chez mes parents. :kobato3:

Je m’abonne à la fibre dans le mois de mon arrivée (coucou la France avec son retard chronique) et le routeur sera une soekris (un mini-pc) sous OpenBSD.
Je me monte un PC neuf avec un core i5 car le portable seul est mine de rien assez limité et inconfortable.
Je récupérerais tout mon matos depuis la France un an plus tard.

Dès l’or me voila avec 3 PC, un NAS, un portable.
Et tout ce monde la prend de la place dans un appart tokyoïte sans compter un sentiment parfois de double emploi. :misaka4:

Tower of babel

Quand on est un professionnel de l’informatique on touche à des choses que le grand public ne connait pas, le rack est un de ceux-là.

Je décide de modifier drastiquement mon approche de la forme du PC.
Désormais celui-ci devra être dans un boîtier qui peut s’enchâsser dans un rack.

Plutôt que de s’étaler le matos informatique montera désormais en hauteur libérant la place au sol. :up:

Les PC seront ainsi constitués, un PC Windows avec le nouvel i5, un PC linux avec le i7, un PC Linux servant de serveur avec le core2 quad, le routeur, le NAS, une time-capsule.

J’y ajouterai un second NAS de pas moins de 12 disques vers 2016 pour renforcer la capacité d’archivage.

Métamorphose

Mon apprentissage et ma curiosité appellent a faire des expériences.

Une de celles-ci sera de passer au réseau 10GB, une réalisation plus simple qu’il n’y paraît grâce notamment à ebay pour y dénicher du matériel pro toujours en excellent état simplement déclassé par les entreprises pour cause de fin de garantie (souvent 5 ans). :capello:

Mais toutes les expériences ne sont pas toujours réalisables facilement sans devoir casser toute son installation.
Pas sur non plus que l’installation et la configuration d’un soft ne vont pas perturber tout ce que l’on a déjà en place.
De plus si on veut créer un environnement de test il faut avoir des machines supplémentaires…

Le recours à la virtualisation se montre comme une solution envisageable.

Je décide alors de changer complètement mon paysage informatique.
Le PC core i7 va devenir un hôte ESXi, Le PC core i5 reste le PC Windows, le PC core2 quad devient le PC Linux.
Une fois l’hôte de VM en place il devient facile d’y mettre des VM transférer les fonctions du serveur Linux, les éclater sur plusieurs machines, etc...
Le gain en flexibilité est important, et à bien y regarder une machine devient beaucoup plus rentable en terme d’usage que de passer son temps en attente de tâches (idle).

Je monte ainsi mon AD et une CA à domicile pour créer mes propres certificats, un cacti pour le graphing, un syslog pour les logs serveur, etc. :twisted:

Au delà

L’expérience de faire ses propres VM est très satisfaisante.

Un mot à propos du cloud public (Avis personnel inside tout ça, f***k you).
Depuis déjà très longtemps je suis convaincu que tout ce buzz autour du cloud est l’œuvre d’un marketing débridé secondé par une campagne de bourrage de crane de décideurs.
On leur vante monts et merveilles, « On gère tout pour vous, vous n’avez plus besoin de gérer une équipe, des stocks, des budgets,... » , le message étant qu’avec eux on fait des économies.
Sauf que sous entendu on met des techniciens à la rue et que le cloud ce n’est que « l’ordinateur de quelqu’un d’autre ».
Il faut croire qu’apparemment le message de Snowden en 2013 sur les dangers de confier son ordinateur à un tiers n’a finalement pas été assez bien entendu et que les chants de sirènes du marketing valent plus que l’avis des experts…
Dernière horreur vue, les antivirus genre Comodo et le cloud based virus protection... toi aussi envoie tes fichiers se faire scanner à travers le réseau en toute confiance... :yamada4: :tsubaki: :keichi2: :bruce: :yuyushiki:

Donc je vais créer mon propre cloud, privé lui. :clooney:

Ma prochaine évolution sera de ne garder qu’un PC de bureau, le reste sera des serveurs (des vrais) d’occasion sur lesquels tourneront des VM.

Pourquoi des vrais serveurs ?
Le marché regorge de matériels tout juste en fin de garantie comme dit précédemment parfaitement valides et surtout conçus pour l’usage auquel je les destine.

Taillés pour entrer dans un rack dans un boîtier 1U (seulement 4cm de haut), tourner 24h/24, avec une double alimentation, un accès par IPMI (ou technologie approchant) ne nécessitant ni clavier ni souris ni écran.
Si on fait attention à ses choix on peut en plus avoir des machines très silencieuses. :bisho:

Le seul point à considérer est que selon son choix de solution de virtualisation on peut avoir des frais supplémentaire de licence ou des restrictions.
Personnellement je choisis une solution de Vmware, utilisant déjà ces produits au boulot.

Au final à ce jour j'ai donc:
-1 PC bureau en core i5
-3 serveurs Dell poweredge R320 (Xeon 6 cores) avec une tetrachiée de VM dedans
-1 NAS 12 disques HDD raid6
-1 NAS 8 disques SSD raid10
-reseau 10GB
-1 routeur APU2 sous openBSD
Un poing vaut mieux que deux "j'te préviens..."

Avatar du membre
Corsaire
Début de la gloire
Messages : 27
Enregistré le : ven. févr. 06, 2015 7:16 am

Re: Mon matos informatique, son évolution

Message par Corsaire » mar. déc. 17, 2019 12:16 pm

Puisqu'on parle d’évolution...

Le PC Windows est passé du i5 au Ryzen7 3800x pour mon nowel... voila voila
Un poing vaut mieux que deux "j'te préviens..."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités