Pour retrouver la communauté Thalie 24/24 7/7, une seule adresse: celle qui mène à notre beau serveur Discord.

-> https://forum-thalie.fr/discord <-

Plus qu'une chanson, un album !

Ici on parle vraiment de tout: films, séres, télévision, musique, littérature, jeu de rôle...

Modérateur : La Force Poissons

Répondre
Avatar du membre
Amo
Figure maternelle
Figure maternelle
Messages : 9524
Enregistré le : mar. mai 15, 2007 10:43 pm
Localisation : Labyrinthe Électre
Contact :

Plus qu'une chanson, un album !

Message par Amo »

Parfois on est comme ça, on des fous, on écoute pas qu'une chanson mais un album entier. Le but ici est une sorte d'équivalent à "Eh mais tu écoutes quoi" mais au lieu de présenter une chanson, on présente un album. Ca fait un nouveau topic "divers" ou tout se perd mais je vous fait confiance pour le rendre pertinent et agréable à lire.


Et en ce moment j'écoute cet album !

Image

Après un excellent premier album sorti mi 2007 nommé Elect The Dead, voici le second album solo de Serj Tankian plus connu sous le nom du "mec a la voix rigolote dans le groupe System of a Down" et il déboite pas mal. On retrouve encore une fois ce mélange assez audacieux entre des sonorités résolument rocks, des alternances entre des passages calmes et plus durs, des instruments exotiques comme si il en pleuvait et, ici une grande part mise aux instruments orchestraux: l'intro de Disowned Inc. par exemple est un déchaînement d'orchestre comme il fait plaisir à entendre.

C'est un album qui passe beaucoup mieux qu'Elect The Dead en écoute complète car tous les titres semblent "unis", en tout cas, c'est beaucoup moins éclectique que l'était Elect The Dead qui était un album assez unique avec une personnalité différente pour chaque titre, ici on a une personnalité "commune" mais avec plein d'expérimentations. Ca fait que certains titres se perdent un peu mais globalement ça fonctionne très bien. On notera un titre intégralement chanté en arménien :kobato: .

Je retiendrais surtout l'excellent titre d'intro, Disowned Inc., mais également Left Of Center, Yes It's Genocide and Peace Be Returned.

Bref c'est comme du SOAD mais en encore mieux :sue: .

Avatar du membre
Fenrir
Microraptor Gui
Messages : 680
Enregistré le : jeu. nov. 26, 2009 8:22 pm

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Fenrir »

Si il passe mieux que Elect the dead , je vais courir aller l'écouter alors :jospin: ( déja que j'avais surkiffé Elect the dead alors ... )
Zombie soit qui mal y pense !

Avatar du membre
Namkca
Entre dans les mémoires
Messages : 322
Enregistré le : jeu. juil. 15, 2010 1:35 pm
Localisation : Antony
Contact :

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Namkca »

Je l'ai écouté il y a deux jours.
Personnellement, je suis un peu moins enthousiaste. Avec Imperfect Harmonies on s'éloigne encore un peu plus de la période SOAD. Un bien ou un mal ? Ca dépend des goûts en fait, moi j'adore le son de SOAD donc je reste un peu sur ma fin et surtout je retrouve pas (ou peu) les moments de "folies vocales" que Serj a avec SOAD.
J'avais préféré son premier CD solo (bon forcément, il est plus proche du son de System c'est pour ça).

Enfin le CD reste sympa, on sent qu'il expérimente plein de truc et c'est cool. Et je te rejoins complètement sur "l'unicité" des morceaux sur le CD.
¤ NamkcAnimation : Blog
¤ MyAnimeList : Anime & Manga
¤ Gamekult : Jeux Video
¤ Lastfm : Musique

Avatar du membre
Avrell, Geek & proud
Apprenti Thaliste
Messages : 9
Enregistré le : lun. oct. 04, 2010 5:08 pm
Localisation : 13th hierarchical city of Kagutsuchi : LOST TOWN
Contact :

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Avrell, Geek & proud »

(mouarf! un topic' dédié rien qu'a des albums tout entiers! je vais pouvoir me gaver!
et c'est donc l'heure de ressortir l'autre vieille critique, que j'avvais voulu écrire en guise de chronique

(sur un forum obscur et inconnu ou j'en met tout plein d'autres du genre, mais là, ça rime plus, alors on le met ailleurs!))

bref...

Image



On attends tous des choses avec impatience.

Pour certains, c'est la sortie du prochain tome de X (mais ça, on l'attend depuis plus de 10 ans... merci Clamp, on vous aime, continuez comme ça!).

Pour certains, c'est la sortie du prochain Zelda.

Bref, on vit tous dans l'attente de voir notre appétit de fan comblé par un chef d'oeuvre quelconque. Je ne fais pas figure d'exception, bien loin de là...

Et c'est pourquoi je vais vous parler du petit dernier de Disturbed, Asylum, de son petit nom.


Mais on est pas sur Metalorgie, certains sont ne sont peut-être pas familiers au cuir noir, aux Flying V et aux cheveux longs et gras. Un petit rappel sur ce groupe s'impose, je pense.


Il était une fois, dans la banlieue de Chicago, trois musiciens qui jouent un peu n'importe quoi un peu trop fort. Pas de bol, à Chicago, on aime pas ceux qui
jouent trop fort. Du coup, nos trois lascars ont un peu de mal à arrondir leurs fins de mois... jusqu'à ce qu'ils rencontrent le petit David, délinquent notoire, renvoyé à cinq reprises de ses lycées, et qui, surtout a une voix TRES puissante et des idées musicales TRES tranchées. Le courant passe vite, et Disturbed apparaît de nulle part! Puis l'aventure continue si bien (David Draiman est tellement charismatique sur scène que tout le monde face à lui devient métalleux convaincu pendant au moins une nuit: celle du concert) qu'en 2000, Disturbed sort The Sickness, premier album, premier succès. Et succès compréhensible, car
non seulement c'est original, mais en plus, ça tape très fort, tout en restant mélodieux, juste ce qu'il faut. The Sickness remporte un bon gros succès grace à des titres surpuissants comme The Game, Stupify ou l'étonnante reprise de Shout. Boostés par leur succès, ils enregistrent, deux ans plus tard, Belive, un album de bonne facture, mais, à mon goût, pas exceptionnel... puis, ils reviennent avec un grandiose Ten Thousand Fists, album propulsé par l'acceptation
véritable du groupe du son « momumental », avec des vocalises plus assumées, et des samples.

Je crois que j'ai découvert Disturbed en 2007, soit deux ans après la sortie de 10000 Fists, et je vous avoue que je trépignais véritablement tellement j'étais impatient en apprenant que Disturbed était en studio pour un quatrième album. Je fus extrèmement déçu. Déçu car j'avais fait venir l'album en import des USA, via la Fnac, tellement j'avais du mal à attendre sa sortie européenne. C'était en 2008. Nous sommes en 2010 et je n'ai toujours pas mon CD. Mais dès que
j'ai écouté le fameux Indestructible sur internet, je compris que David, Dan, Mike et Fuzz ne s'étaient pas foutus de moi et que mon impatience était tout à fait
justifiée. Indestructible est au moins du même niveau que The Sickness et 10000 Fists.
Du même coup, mon impatience fut réitérée lorsque les quatre durs de Chicago ont annoncé leur retour en studio et leur prochaine galette pour aout 2010. Là aussi, j'avais du mal à tenir sur ma chaise sans tomber d'impatience pendant que je chargeais la page d'accueil de Metalorgie en quête de nouvelles fraîches
concernant la prochaine rondelle si prometteuse. Puis, les nouvelles sont arrivées avec la sortie du clip de Another Way To Die, puis, quelques jours plus tard, celui d'Asylum. Ça m'a un peu refroidi...

Mais aujourd'hui, le Disturbed nouveau est sorti, et... comment dire...

Bref, procédons avec ordre et méthode:

Disturbed est considéré comme un groupe de néometal (ou nu-metal, pour les puristes de la VO), et pas des moindres: un des plus importants avec les Deftones, KoRn, Limp Bizkit et Linkin Park. Or, pratiquement tous les groupes cités semblent être passés du coté obscur de leur carrière.
Explications: le néométal commence, depuis peu, à tourner en rond: on commence à se lasser de sa formule chant rapide, sample et batterie qui écrase.
Un peu de fraîcheur s'imposait.

KoRn a tenté le coup du retour au sources avec leur récent KoRn III: Remember Who You Are.
Pas très convainquant. Visiblement, Jonathan et ses potes ont grandi, et leurs baskets et survets' Adidas à paillettes sont devenus trop petits...
Depuis la tête verte de Results May Vary, Limp Bizkit nous a montré qu'ils nous ont déjà suffisement servi leur formule Rap+Metal, et on est au bord de la
nausée...
Linkin Park, quant à eux, furent ceux qui popularisèrent, plus encore que KoRn (et c'est dire!) le néométal... Depuis Minutes To Midnight, il semblerait
qu'ils soient définitivement passés à autre chose...

Serait-ce donc au tour de Disturbed de sombrer? Cet Asylum est-il la tête verte de David&co? Quand même pas.

Que vaut donc cet Asylum?

Il commence avec quelque chose d'étonnant: un instrumental. Jusque là, ça n'était jamais arrivé avec Disturbed, mais bon, bourquoi pas? Depuis Indestructible, Disturbed nous a prouvé qu'ils sont tout à fait capable d'oser des solos de guitare au moins bons, si ce n'est hallucinants. Cette intro instrumentale est donc la suite logique des solis de Indestructible. Et ça résume assez bien cet Asylum: il est peut-être trop dans la continuité de Indestructible. C'est à dire: tous les
titres sont bons, mais, ils font trop penser aux titres des albums précédents, Indestructible en tête; à tel point qu'on s'attend à entendre le refrain d'un titre
d'Indestructible après les couplets des chansons d'Asylum...
voilà, c'est dit: Asylum, si on a déjà écouté du Disturbed, on a l'impression de déjà l'avoir entendu quelque part. Et on sait où: dans The Sickness, Belive, 10000
Fists et Indestructible. Mais cet Asylum recèle cependant quelques bonnes surprises: en plus de ses deux titres phares (Asylum et Another Way To Die, bons, mais pas autant que The Game, Land Of Confusion ou Inside The Fire...), il a de bons morceaux (Innocent, Warrior et The Animal). Mais si Asylum a un titre qui frappera les mémoires des fans, c'est ISHFWILF, véritablement étonnant. Le chant ne perd pas sa puissance, mais le ton est étrangement joyeux... on attendait vraiment pas ça de la part de Disturbed! Et c'est une bonne surprise! Un morceau de Disturbed dont les mélodies font sourire, c'était difficilement conçevable, et pourtant, ILS L'ONT FAIT! Mais, honnêtement, c'est le seul morceau qui restera dans ma mémoire...


Mais ne soyons pas durs: cet Asylum est tout SAUF un mauvais album. Disons qu'il ressemble un peu trop aux opus précédents de Disturbed... Remarque, ça ne
change pas trop... Voyez vous, ce qui est stupéfiant avec Disturbed, c'est que le temps semble n'avoir aucune emprise sur eux: depuis The Sickness, ils ont toujours les mêmes trombines, 10 ans après. Et ils nous envoient toujours la même formule en pleine tronche: un type en pleine transe qui chante et nous offre
son rire dément, des riffs de guitare alambiqués puis honteusement simples et une batterie qui finit d'écraser le tout. Ça n'a pas changé. Asylum est il le coup de trop? Celui qui commence à nous lasser? Non. Car chaque album des gars de Chicago avait ses titres sans trop d'interêt, mais pour compenser, il y avait de
véritables perles qui justifiaient l'album (à part pour Belive...qui m'avait d'ailleurs fait un effet proche de cet Asylum). Ces perles ont des noms: Down With The Sickness, The Game, Land Of Confusion, The Night... et j'en passe. Or ici, il n'y a pas de morceau suffisement puissant pour nous faire avaler le reste de
l'album... Dommage.

Mais, je vous le dit sûrement car je les aime bien, Disturbed n'ont pas totalement raté leur coup, car cet album reste totalement écoutable, et constitue
même un bon point de départ pour ceux qui voudraient découvrir les sales gosses en cuir noir. D'ailleurs, pour les deezerophiles, il s'écoute là:
http://www.deezer.com/listen-6969779


Bref, pour conclure, Asylum est un bon album, mais il laissera les fans de Disturbed, et même les simples connaisseurs sur leur faim. Mais les néophytes seront
comblés par des titres comme The Infection, Another Way To Die et autres Asylum, alors que les vrais fans passeront en boucle ISHFWILF en se marrant sans en revenir.

Bref, un bon album, mais sans plus...
Disturbed est encore loin de tourner en rond, mais on peut craindre que s'ils continuent sur cette lancée, ils ne se mettent à tourner en rond. Mais il vaut mieux qu'ils ne tentent pas un retour aux sources à la KoRn, ça ne marchera pas, pour la pure et simple raison qu'ils ne se sont pas vraiment éloignés
de là d'ou ils venaient. Ils ont juste prouvés qu'ils pouvaient oser les instrumentaux, qu'eux aussi, ils savent jouer de la guitare...

bref, Asylum ne marque pas la fin de Disturbed, ni même du néométal. Pourquoi? Car on est loin du come-back raté de KoRn, on est pas encore repus de
la formule Disturbed, comme on l'est de celle de Limp Bizkit, qui commence à nous donner envie de vomir, et surtout, SURTOUT, on est pas dans le foutage de geule généralisé de Linkin Park qui essaie de nous faire croire qu'ils ont encore une place dans le coeur des métalleux en servant des daubes éléctro-métalliques comme bande son de films geekys (Transformers... mais inutile pour eux de tenter de se faire aimer des geeks, ils ont fait un titre sur la BO de Twilight, c'est sans appel...) et de jeux vidéo (CoD...).

Bref, Asylum peut trôner dans votre discothèque néométal, aux cotés de l'homme-libéllule de Linkin Park, de l'étoile de mer au chocolat et de la petite fille sur sa balançoire. Hors de question de le mettre au placard avec la tête verte et les silhouettes noires et le dernier KoRn. Mais bon, rien de mémorable non plus.

Comme je vous dis, il ira avec Belive dans votre collection de disques (quoique, chez moi, Belive est au fond du placard, avec Bloodsugar Sexmagic... arf!), mais ne mérite pas un petit présentoir sur votre étagère, avec The Sickness, 10000 Fists, Indestructible et Hybrid Theory.
Image

Avatar du membre
Vins
Club des 200
Messages : 242
Enregistré le : lun. août 17, 2009 1:00 am
Contact :

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Vins »

Image

Album du même nom que le concert organisé à Cologne il y a un an, celui-ci proposait de revisiter les musiques de grandes franchises de Square Enix à savoir Kingdom Hearts, Secret of Mana, Chrono Trigger/Cross et Final Fantasy en présence de leurs compositeurs respectifs. L'album se compose donc tout simplement de 4 morceaux (un pour chaque saga) mais chacun dure entre 15 et 20 min . D'une part, cela offre une belle occasion de se replonger dans l'ambiance de ces jeux et d'autre part, on découvre aussi quelque chose de totalement inédit puisque les morceaux sont des arrangements des musiques originales et se suivent et s'entremêlent de façon assez particulière.Tout ça joué par un orchestre symphonique accompagné de choeurs, autant dire que globalement, cela fait plus qu'honneur au support d'origine. J'avoue avoir une petite préférence pour les symphonies de Secret of Mana et Chrono Trigger/Cross et j'ai par contre été un peu déçu par celle de FF (même si le pied de nez fait à One Winged Angel par le Chocobo theme m'a fait sourire) mais dans l'ensemble c'est juste la grande classe et le voyage est fort agréable (qu'on ait joué aux jeux ou pas d'ailleurs).
Je ne regrette qu'une chose, que le dernier morceau du concert ne soit pas dans l'album. :p

Avatar du membre
Meles Badger
I drink your milk shake !
Messages : 1354
Enregistré le : lun. mai 10, 2010 11:06 pm

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Meles Badger »

Total exhumage de topic mais eh, c'est pour la bonne cause (je crois... j'espère) et c'est pertinent, et puis toujours eu envie de poster dans ce topic sans vraiment trouver d'occaz : juste une envie de partager mes trois albums coups de coeur de l'année 2012 parce que voilà Peut-être que devrais foutre plutôt ça sur mon blog totalement moribond mais bon, fleeeeeemme

Vermillion Club - Sidewalk Ecology
Image
15 minutes, trois morceaux, un album folk/orchestral bien trop court mais juste génialement mélancolique <3 Chacun des trois morceaux a vraiment quelque chose pour lui et fait vraiment vibrer (le premier avec son passage de quasi a capella à instru magnifique par exemple, ou encore la fin du troisième <3)

Juste quinze minutes de bonheur.

Born Gold - Bodysongs
Image
(je mets en cache au cas où mais je crois que même si on voit des seins, le style du dessin ne rend pas vraiment ça NSFW)
Découvert il y a deux-trois semaines à peine, c'est de l'hyperpop glitchée quasi frappadingue sur les bords mais avec une cohérence assez folle dans l'ensemble. Les morceaux passent de l'un à l'autre avec grâce et souplesse et l'album dure juste le temps qu'il faut pour ne pas être lassé... même si je l'écoute souvent en boucle :'D Et puis les paroles sont assez géniales, frôlant constamment avec le narm mais l'ensemble fait qu'on a presque envie de chanter à tue-tête... et puis bon, faire rimer "awake" avec "urinal cake" = :jospin:

Captain Ahab - The End of Irony
Image
(là, j'ai un peu plus de raisons de mettre en cache cet album, mais y a pas de seins nus :( )
Captain Ahab est un putain de génie de l'électro, ce mec te fait l'une des chansons les plus connes au monde mais avec un tel sérieux dans le second degré que c'en est juste génial ("I don't have a dick"), te fait des morceaux juste ultra-kiffants et souvent assez surprenants ("Death to False Techno" et sa fin génialissime, "Feel Anymore"), ou encore se permet des mélanges des genres juste géniaux ("Acting Hard", "The Calm Before the Sword").

Ceci est un top 3 totalement slowpoke vu que ces trois albums que j'ai découvert en 2012 sont tous sortis en 2011 :'D
ImageImage

Avatar du membre
4th
Début de la gloire (à vie)
Messages : 394
Enregistré le : mar. mars 11, 2014 2:42 pm
Contact :

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par 4th »

Bon, je profite de la période creuse juillet/août pour faire un

pETIT COMPTE RENDU DES SORTIES LP 2014

-> les mastodontes
Image
Mac DeMarco - Salad Days
Captured Tracks
Avril 1

Plein de balades jangle pop au ton passif-agressif. On reste sur le style de l'excellent 2 mais avec une nuance usée, fatiguée. C'est franchement entêtant.

Image
St. Vincent - St. Vincent
Loma Vista /Republic
Février 24

En plus d'être fantasmagoriquement jolie et d'avoir les cheveux les plus stylés du monde putain, St. Vincent se lance dans son album éponyme (s'il est là si tard dans sa carrière, c'est qu'elle le dit la meilleure expression de sa personnalité). Indie pop baroque très dense et délicatement névrosée.

Image
The Roots - ...And Then You Shoot Your Cousin
Def Jam
Mai 19

Régressif. Pas dans le bon sens du terme. On peine à croire que la prod est pro.

Image
Beck - Morning Phase
Février 21
Capitol

Conçu comme une suite à Sea Change, Morning Phase reste un peu dans son ombre. Mais c'est tout de même un travail très solide venu tout droit d'un des meilleurs songwriters.

-> les discrets
Image
EMA - The Future's Void
Matador/City Slang
Avril 7

Post-folk mystique avec une thématique internet, qu'on aimera ou non, abordée par l'intermédiaire du Neuromancien de Gibson. Ça peut vraiment prendre au tripes.

Image
Frankie Cosmos - Zentropy
Autoproduit
Mars 4

Une ado qui chante des paroles tendreméchantes sur trois accords de guitare acoustique. C'est parfait.

Image
PAWS - Youth Culture Forever
Fat Cat
Mai 9

On reste sur les ados dans une variante beaucoup plus violente, beaucoup plus rock. Album un peu irrégulier mais qui compense par une folle énergie.

Image
Actress - Ghettoville
Wek Discs / Ninja Tune
Janvier 1

Une usine à métaux. L'album manque de cohérence et de dynamisme, et a d'évidentes faiblesses (comme la track d'ouverture, pénible, ou Time, expérimental foireux). Il vaut cependant par certains morceaux vraiment inspirés (le hip hop Rule, le minimaliste Our ou le plus dance Gaze).

Image
Sun Kil Moon - Benji
Caldo Verde
Février 11

Profondément émouvant, brillamment écrit, cet album folk californien est un vrai bijou.

j'éditerai au fur et à mesure
:pouet:

Avatar du membre
Naoto Shirogane
Commence à jouer en mode Normal
Messages : 45
Enregistré le : mar. janv. 13, 2015 8:05 pm

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Naoto Shirogane »

Image

Album de rap français très, très, très personnel. Je l'avais pas écouté l'an passé du coup je rattrape un peu tout ce que j'ai raté.
Beaucoup de story telling, beaucoup de racontage de vie, du rap de trentenaire, loin des clichés du genre.

untourdemanege.bandcamp.com/album/1947-version-digitale

Avatar du membre
Tristeur
Vous savez quoi ? J'ai une batte de base-ball
Messages : 36
Enregistré le : jeu. mai 08, 2014 7:21 pm
Contact :

Re: Plus qu'une chanson, un album !

Message par Tristeur »

Savant - Protos
Image
Alors les gens le savent peut-être mais je suis un énorme fanboy d'Aleksander Vinter AKA Savant.
Savant est un musicien solo d'électro vachement polyvalent, il maitrise des tonnes de genres et une de ces particularités et de varier énormément son style à travers ses albums.
C'est pas tout Savant à sorti approx 15 albums depuis 2008.
ET IL FAIT DES LIVES. ET C'EST PAS TOUT PUTAIN.
Protos est son avant dernier album plutôt pop folk, l'amour que je voue à cet album est exagéré mais tellement bon.
Protos me fait ressentir la chaleur du bon chocolat chaud et de la couette devant matins les zouzous(perso c'est mon enfance, ça vous évoquera ptêt- la votre si vous le faite.)
L'album se déroule dans un univers de space opera et pour une fois la où Savant avait plutôt des personnages sombres et rebelle dans ces albums précédents, dans Protos le héro est Le Super Sherrif.
CAR OUI DERRIÈRE L'ALBUM Y A UNE HISTOIRE NON EXPLIQUÉE, comme tout les albums de Savant qui sont sensés créer une Timeline de Vinter qui se réincarne en plusieurs personnages selon des hypothèses de fan. Sachant que Savant divulgue les informations canon par les réseau sociaux en mode "ah oui en fait c'est ça"
L'album est méga bien foutu, on pourrait reprocher juste d'avoir des pistes qui se répetent un peu trop où d'avoir un mastering avec trop de compression (SAVANT LOL)
perso c'est actuellement mon album favori de la terre entiére.
et Spaceship meilleure piste du monde entier.
COME TO THE FIRE I'M THE KING

Répondre