Pour retrouver la communauté Thalie 24/24 7/7, une seule adresse: celle qui mène à notre beau serveur Discord.

-> https://forum-thalie.fr/discord <-

Persona (Ingmar Bergman)

Ici on parle vraiment de tout: films, séres, télévision, musique, littérature, jeu de rôle...

Modérateur : La Force Poissons

Répondre
Avatar du membre
Iwant
Commence à jouer en mode Normal
Messages : 31
Enregistré le : jeu. janv. 06, 2011 11:29 pm
Localisation : Apatride
Contact :

Persona (Ingmar Bergman)

Message par Iwant »

Image
Fiche technique

Réalisateur ............ Ingmar Bergman
Producteur ............ Ingmar Bergman
Scénariste ............ Ingmar Bergman
Compositeur .......... Lars Johan Werle
Genre .................. Drame psychologique
Sortie .................. 18 octobre 1966
Pays .................... Suède
Format ................. N&B 35mm
Durée ................... 85 min
Avec … ................. Bibi Anderrson, Liv Ulmann

Persona est sans doute mon film préféré, avec Stalker de Tarkovski et Ran de Kurosawa. À ce titre, je préfère fournir une analyse complète qu'un simple synopsis pour le présenter. Cela dit, n'hésitez pas à sauter certains passages si vous estimez qu'ils dévoilent trop ce que vous pourriez découvrir avec le film !

Scénario

Le film commence avec un montage de divers images et clips en apparence sans rapport avec ce qui va suivre dans le film. Il comprend, entre autres : des petites séquences de vieux films d'épouvante ; des gros plans sur un pellicule en train d'être projectionnée, d'un pénis en érection, d'une mygale ou d'une main en train de se faire clouer ; d'environnements, comme un bosquet ou une clôture, vides de toute présence humaine ; ou encore de plans rapprochés de visages. Ce montage se termine avec un jeune garçon qui se réveille dans une sale complètement blanche, qui lit un peu avant de se lever et touche de la main ce qui semble être le portrait d'une femme, qui change de netteté et d'expression au fur et à mesure que la main du garçon se déplace sur la surface. Écran titre.

C'est ici que le film commence "vraiment". On se retrouve dans un hôpital, où une infirmière (Sœur Alma, jouée par Bibi Anderrson) est informée par sa supérieure qu'une nouvelle patiente est à prendre en charge : Une actrice qui est soudainement devenue muette en pleine représentation de la pièce Electra (Elisabet Vogler, jouée par Liv Ulmann). Après qu'Alma ait eu du mal à communiquer avec la malade, l'infirmière supérieure lui suggère de l'accompagner pour un séjour dans sa maison de vacances à la mer.

Une fois arrivée, Alma se lie d'amitié avec Elisabet et lui parle longuement de sa vie (très) personnelle, comme les relations sexuelles qu'elle a eu avec un homme marié ou avec des inconnus à la plage, relation qui a du se terminer par un avortement ... tout cela sans que l'actrice, muette, ne puisse évidemment répondre. Une nuit, Alma fait apparemment un rêve, très ambigu, où elle se retrouve très près d'Elisabet. Puis, plus tard, en allant poster le courrier, l'infirmière ne résiste pas à l'envie d'ouvrir la lettre de son amie ... Et en lisant, elle se rend compte que l'actrice raconte tout ce dont Alma lui a parlé et déclare "trouver amusant de l'étudier".

Après avoir avoué la faute, Alma sombre peu à peu dans la dépression, et en vient à agresser Elisabet. Cette altercation va approfondir la crise émotionnelle entre les deux femmes, et les tensions vont commencer à monter. Elisabet, cependant, ne se décide pas à parler pour autant, ce qui frustre d'autant plus Alma. La situation va commencer à se désagréger et à devenir de moins en moins logique et compréhensible ... Au point culminant du film, le mari d'Elisabet arrive à la maison de vacances, mais parle à Alma comme si elle était Elisabet. Au début repoussée, elle finit pas jouer le rôle, et l'actrice se contente d'observer le couple sans le moindre commentaire, même lorsqu'elle les regarde coucher ensemble.

Après le départ du mari, l'infirmière trouve Elisabet à table, la photo d'un jeune garçon cachée sous la main. Elle commence à lui narrer son expérience, comme quoi elle aurait voulu avorter de son bébé mais n'aurait pas pu, et aurait donc espéré faire une fausse couche ... ce qui ne sera pas le cas ; elle finira donc par détester le bébé, lui chuchotant même qu'elle voulait le voir mourir le plus vite possible. Plutôt que de suivre son cours, le film revient sur la même scène, mais en filmant cette fois-ci du point de vue de l'infirmière plutôt que de celui de l'actrice. La discussion se termine avec un plan dans lequel le visage des deux femmes "fusionne". S'en suit une scène très déstabilisante, où Elisabet suce le sang du bras blessé d'Alma, et où cette dernière lui envoie de nombreuses claques. Le film se termine lorsque les deux femmes se séparent et s'en vont comme si de rien n'était, et est ponctué par une nouvelle série de montages où la pellicule finit par fondre.


Thèmes / Interprétation

Le titre parle déjà de lui-même : "Persona" est un terme de psychanalyse jungienne, qui signifie grosso modo "masque social". Ce "Persona" est un mécanisme psychique qui prend sa source dans le "Moi" (Centre du champs de conscience) qui pousse chacun à adopter une attitude sociale déterminée en fonction du contexte environnant, ce qui finit par confondre l'identité propre de l'individu avec celle qui est perçue par le regard des autre et à faire naître des troubles. Le Persona, c'est donc une série d'images créées par le Moi et qui sont ressorties en temps voulu. Il n'existe pas de moment où nous sommes à "visage découvert" ; nous sommes condamnés à porter ces masques, et il est impossible pour les autres de savoir ce qui se cache derrière. Mais si je réagis d'abord en fonction de mon rôle social plutôt que par décision individuelle, suis-je vraiment un individu ? Et si oui ... Qui ?

Ce trouble de la personnalité se retrouve au centre du film : Si Elisabet a décidé de ne plus interagir avec personne, c'est par sa peur du faux, de l'hypocrisie, du mensonge permanent : N'osant plus subir l'inévitable influence de ses Personas, elle préfère s'isoler et ne plus avoir à se couler dans quelque rôle social que ce soit. Cependant, on n'échappe pas à sa psyché aussi facilement : On ne décide pas de ne pas avoir de rôle social. Même en étant à l'écart de tout, Elisabet joue un rôle social, précisément celui de la malade traumatisée, muette et seule. Comme expliqué plus haut, le Persona n'est pas un masque qu'on change à sa guise, c'est toute une collection de masques que l'on doit porter en permanence. Au final, Elisabet ne fera que s'enfoncer dans l'immobilisme de son pathétique rôle social, se mentant à elle-même, persuadée de n'être influencée par aucun d'eux. Si elle sort de ce mode de vie, elle devra certes accepter que ses Personas se positionnent entre elle et l'autre, mais au moins, elle vivra.

Alma n'est pas non plus très à l'aise avec son identité. Son nom signifie par ailleurs "subconscient" en suédois, terme relativement explicite. À l'opposé d'Elisabet, elle ne semble pas vouloir se débarrasser de ce Persona : Mais sa situation sociale particulière (Séjour avec une femme muette avec qui elle semble avoir lié une amitié presque fusionnelle) finira par ronger son identité : Elle est presque toujours coulée dans le rôle de l'amie admiratrice, seule avec l'objet de son désir. L'environnement social a pris le dessus sur elle. Cela finira par rendre flou son point de vue : Et si elle devenait Elisabet ? En tout cas, elle s'y reflète comme dans un miroir. Plus l'histoire avance, plus elle se détruit : Elle finit, à la fin du film, par devenir l' "Ombre" (Archnémésis primitif né de conflits psychologiques intérieurs) d'Elisabet, allant jusqu'à s'accaparer son mari et à lui faire boire son sang.

Persona est donc un drame psychologique dans le sens où ces deux femmes vont se détruire mutuellement par la simple force de leur psyché. Masque et miroir, ces deux symboles vont amener les deux femmes à l'annihilation psychique de par leur mécanisme inéluctable. Y échapper ? Impossible. On a en permanence un masque collé au visage. S'y perdre ? Fatal pour l'individu. Notre âme ne sera plus que le miroir de celle des autres. Ces deux problèmes sont poussés à l'extrême dans le film pour n'y être que mieux exposés. Mais que faire donc ? Vivre avec sans s'y soumettre totalement semble être la seule solution. On ment, on est hypocrite, faux, et ce sans même notre approbation consciente, mais on vit. Le subconscient n'est pas un ennemi que l'Homme soit vraiment en mesure de combattre ...


Composition de l'image

Le film joue énormément sur les gros plans et sur les visages. Déjà dans la séquence d'ouverture, on peut observer des objets de très près (Y compris des visages) et y observer un gros plan qui se modifie, tout comme celui d'Elisabet après la bagarre avec Alma. Mais ces visages perdront vite leur jovialité, et plus on avance dans le scénario, plus ils perdent leur expression et nous font croire que ces sourires de plus tôt n'était qu'une mascarade. Climax de ce procédé, le visages des deux femmes qui se combinent pour ne plus faire qu'un. La caméra se ballade parfois autre part, sur les mains, par exemple : Sur les paumes tenues dans le dos de la Sœur Alma ou sur le couteau épluchant la pomme d'Elisabet ... ou même sur les doigts entrelacés des deux protagonistes près de la photo du jeune garçon ou sur le bras saignant de l'infirmière où sont posées les lèvres de l'autre.
Image
Cela dit, ce n'est pas tout ce qui caractérise les visages : Les effets de lumières sont aussi fréquents et impressionnants : Contrastes extrêmes, visages ombragés sur fond immaculé, ou au contraire sortant de l'obscurité dans un éclat de luminosité, ... On est pas le loin de l'Expressionnisme. Le fait que le film soit en noir et blanc renforce incroyablement bien la puissance des contrastes. Il peut aller de l'obscur au noir total, du blanc-gris au blanc parfait. Les visages sont profondément marqués par ce procédé tout au long du film, et profitent des gros plans pour être davantage mis en avant. Coupable se morfondant sur son sort ou mine intriguée, les visages inexpressifs prennent toutefois une certaine teinte au contact de la lumière.
Image
À plusieurs reprises, il y a ce qu'on peut appeler un "échange de sentiments" entre deux éléments : Cela commence avec Elisabet, horrifié par ce qu'elle voit à la télé et la succession d'apparitions intermittentes de son visage et de l'écran cathodique, mais il y en a d'autres au long du film. Le procédé est pourtant simple : Une succession de changements de plan assez rapides, avec souvent un grossissement du plan à chaque période. C'est un peu comme si on avait affaire nous-même à la progressive surcharge émotionnelle que l'évènement procurait ...
Image
Lorsque les personnages se déplacent (Ce qui n'est pas très courant, le film privilégiant largement les plans fixes), ils sont souvent suivis par la caméra dans leur mouvement, et ce au rythme de leur pas. Calme et harmonieux lors d'une ballade, plus lointain et perçant lorsqu'Alma tente de rattraper Elisabet. La caméra accompagne véritablement le personnage et elle arrive à retranscrire une émotion, ou même une ambiance rien que grâce à ce procédé.
Image
À des points culminants du film, les deux protagonistes se rapprochent et se tiennent très près l'une de l'autre, presque joue contre joue. Cette symbolique renforce l'ambiguïté et peut-être même la cruauté dans leur relation, comme du sado-masochisme. Lors de la scène où Alma s'accapare le mari d'Elisabet, ce sentiment est poussé à son paroxysme, dans la mesure où l'un des anciens acteurs de ce procédé est devenu inactif, passif et observateur et remplacé par une personne particulière qui confère au tout une image de jeu pervers.
Image
Il reste d'autres effets, assez anecdotiques : Ce sont un peu les "effets spéciaux" de Persona. La scène d'ouverture en fourmille (Images pseudo-subliminales, simulation de dommages sur la pellicules, etc), mais il y en a beaucoup moins dans le reste du film. Reste que la pellicule qui brûle soudainement ou le visage des deux protagonistes qui se superpose apportent leur petit aspect "étrange" et "direct" à la situation, un peu comme si on brisait le quatrième mur.
Image
Bande-son

Le film ne comporte que peu de musiques ; Elles sont souvent courtes et surgissent pour soutenir l'effet d'angoisse qui est déjà apparent dans les images. La seule réelle musique, plus longue et mélodieuse, est celle émanant du poste de radio de la chambre d'hôpital d'Elisabet ; Un 'élément sonore du champs qui deviendra piste de la bande-son. On peut aussi noter qu'il y a énormément de voix off : Quand un personnage parle, il n'est pas rare qu'on ne voit pas son visage mais plutôt celui de son interlocuteur, qui nous exprime donc ses sentiments et réactions sur le vif. Il arrive aussi que celui qui parle ne soit de prime abord même pas montré à l'écran, comme l'infirmière supérieure qui ne nous est révélée que vers la fin de la discussion avec Alma ; Infirmière supérieure qui reviendra dans une situation à peu près similaire, toujours auprès d'Alma, pour lui demander comment cela s'était passé avec l'actrice muette : On ne l'y verra même pas. La scène qui se répète est aussi particulièrement intéressante : Voir le visage de l'actrice accablée par la voix off de l'infirmière lui rappelant cyniquement des souvenirs indésirables est une chose toute différente de voir l'ombre de la nuque d'Alma et l'expression accusatrice du regard et des paroles assassines de la bouche d'Alma ! Parfois, certains petits bruitages ont leur importance, comme le bruit du bris de verre sur lequel Elisabet va marcher, à l'extérieur de la maison. L'absence formelle de musique renforce aussi les silences lorsqu'Alma ne parle pas, vu qu'Elisabet ne souffle pas un mot. Il y a aussi une, et seulement une narration d'un homme indéterminé étranger à l'histoire lors de l'arrivée des deux femmes à la maison de vacances, mais c'est la seule narration d'un point de vue extérieur au film.


Conclusion

Cette œuvre de Bergman est un voyage destructeur, comme le phantasme d'un névrosé qui se crée des illusions dramatiques : Ici, les problèmes d'identité sont poussés à l'extrême. L'ambiance oppressante de cette poésie effrayante sera renforcée par des procédés de génie, avec des visages et des contrastes d'une triste beauté. Le contraste s'introduira jusque dans les sentiments, où le film nous dévoile une esthétique absolument grandiose mais qui nous fait plonger jusque dans le fond de notre âme propre. Pour être psychologique, Persona est psychologique ... Un chef-d'œuvre, sans le moindre doute.


« Les gens me demandent quelles
sont les intentions de mes films — mes buts.
C'est une question compliquée et dangereuse,
et je donne souvent une réponse évasive :
J'essaye de dire la vérité à propos de la condition
humaine, la vérité telle que je la vois.
»

Ingmar Bergman

Avatar du membre
Manic
En phase d'assimilation
Messages : 172
Enregistré le : sam. juil. 18, 2009 6:34 pm
Localisation : 91 Essonne
Contact :

Re: Persona (Ingmar Bergman)

Message par Manic »

Je dois avouer que de Ingmar Bergman, je ne connais que "Le septième sceau" et tu me donnes l'envie de voir "Persona" du même coup.

Par contre, je sais pas si balancer le lien comme ça, un lien torrent pour thepiratebay est une bonne idée. Le film est-il au moins disponible gratuitement comme certains films ou ce n'est pas encore le cas ? Après, je sais pas trop la politique de Thalie concernant les liens mais évitons d'en filer des centaines.
Image © jaipatoukompri

Répondre