Page 12 sur 12

Re: Les ordinateurs de l'HORREUR

Posté : mar. août 14, 2018 9:38 am
par DarkSoul
En fait j'ai l'explication pour le Linux plus performant : c'était le modèle Atom plus boosté de mon côté.
Pour FreeBSD je pensais qu'on avait fait une mesure sans le firewall et que c'était pas aussi horrible que ça.

Re: Les ordinateurs de l'HORREUR

Posté : jeu. déc. 06, 2018 8:32 pm
par QCTX
Cette aventure ne m'est pas arrivée directement, mais elle concerne un collègue de travail assis juste en face.

Au boulot, la direction a eu une idée de génie : et si on testait le PSI (Plan de Secours Informatique) ?
Pour la direction, tester le PSI, ça veut dire simuler le fait qu'un datacenter soit "perdu" et qu'il faille restaurer tous les serveurs sur le datacenter de backup.

Etape 1 : "au fait, on a des procédure de restauration pour telle et telle application ?"
- Non ?
- Bon, ben il va falloir désigner des gens pour s'en occuper. Tiens, c'est du Windows, donc c'est pour toi.
- OK, mais j'ai jamais touché à ce programme, je sais pas ce qu'il fait, à quoi il est lié et qui a bossé dessus avant moi...
- ...

Etape 2 : "au fait, restaurer une machine virtuelle on maitrise sans problème, mais quelqu'un a déjà testé de restaurer une machine physique complète ?"
- Ben... on a testé y'a deux ans et... ça c'est pas bien passé.
- Heu, dites, je viens de remarquer, mais la machine de backup, physiquement, c'est pas du tout la même que celle de production. Genre, pas le même processeur, pas la même quantité de RAM et la carte mère j'en parle pas. Vous pensez que ça peut poser problème ?
- ...

Etape 3 : "Tiens ils ont pas restauré les disques de données sur le serveur de backup, ils ont mappé des nouveaux disques, sans retirer les anciens, qu'est-ce qui peut bien mal se passer ?"
- Mais pourquoi vous avez pas suivi les procédures que je me suis cassé le cul à pondre juste avant la date limite ?
- Quelle procédures ? On a toujours fait comme ça. Et puis on avait pas le temps, là.
- ...

Etape 4 : "Bon, alors voyons cette restauration... Tiens, c'est marrant il manque les exécutables de mon application ?"
- Dites, je me suis permis de faire un comparatif entre le serveur de production et le serveur de backup. Il manque environ 600 fichiers dont les exécutables de l'application. C'est normal ?
- Ah, c'est bizarre, le log de la restauration signale que tout c'est bien passé et que toutes les données ont bien été restaurées.
- Heu... OK, mais elles ont été restaurées où ? Sur quel disque ? De quelle machine ?
- ...

Etape 5 : "En gros, vous me dites que vous ne pouvez pas restaurer les 600 fichiers manquants, c'est ça ?"
- Ben, on peut pas faire plus. La restauration s'est bien passée d'après le log. Et je ne trouve pas les fichiers que tu donnes comme manquants
- Vous voulez dire qu’ils ne sont pas manquants ?
- Non, je veux dire qu’ils n’existent pas dans la sauvegarde. Même si je remonte 1 an en arrière. Ou deux ans. Ou même trois.
- OK, vous savez que je viens de récupérer directement trois fichiers manquants avec un simple copier-coller entre les deux serveurs ? Et vous me dites que votre sauvegarde n'est pas fichue de restaurer ces données ? Mais vous faites comment le reste de l'année ?
- …

Bilan : si vous utilisez une solution de sauvegarde nommée "NetBackup" par chez vous, assurez-vous d'avoir des ingé qui maitrisent leur outil.

Re: Les ordinateurs de l'HORREUR

Posté : lun. déc. 31, 2018 6:46 pm
par I153_Chaika
Si vous en galérez déjà assez avec les ordinateurs, préparez-vous à bien vous amuser à l'avenir :beatrice2:
Si l'on en croit cet article, les voitures autonomes vont redéfinir toute notre vie, de l'immobilier aux voyages en passant par les courses au supermarché... Et si ceci arrive, ça veut dire que bien d'autres choses vont être aussi informatisées : l'éducation, les maisons via la domotique, les achats... Donc les technophobes vont se marrer à l'avenir! Je m'inquiète aussi, je ne suis pas tant réticent à me mettre aux nouvelles technologies, c'est juste que j'ai même pas 2 mains, mais 2 pieds gauches quand il s'agit de travailler avec de l'informatique :bouh:

Re: Les ordinateurs de l'HORREUR

Posté : ven. août 09, 2019 10:52 am
par QCTX
Un mois que Collègue est prévenu, il va devoir mettre en production un nouveau logiciel sur ordre la Sécurité. L’objectif est de recouper la liste des clients actuels de la Banque avec une liste des personnes plus ou moins à risque (mafieux, politicard, et autres joyeusetés). Autant vous dire que ça ne rigole pas, c’est une obligation légale, ne pas utiliser ce type de produit est passible de lourdes amendes et ça nécessite tout un tas de conditions bien particulières. Au point qu’un prestataire est autorisé à venir poser son cul parmi les ingénieurs chargés de l’infrastructure (nous) pour installer son joujou. D’ailleurs, aucune raison que ça merde, il a déjà installé le même produit chez deux autres branches de la boite, donc c’est parfait, « tout va bien se passer ».

Le jour dit, le prestataire arrive et installe son application. Pardon, il modifie quelques variables de noms de serveurs et lance son script. Avant ça, Collègue s'est assuré qu'on avait déployé le nécessaire en matière de base de données et serveur IIS. À 14H, les opérations sont terminées, et le prestataire s’en va. D’ailleurs, il part en congé le soir même, pour une durée de 2 mois.
Première question : le prestataire ne fournit pas de documentation d’installation, ce n’est pas son job et il n’est pas au courant de ce qui a été négocié avec sa boite... Heureusement que Collègue a pris des notes depuis son arrivée.
On apprendra plus tard, qu’il n’y a sur cette application qu’un seul compte (au nom de la société de prestation) qui a les pleins pouvoirs. Aucun autre compte d’administration ou même simple user n’existe. Et c’est encore Collègue qui a noté le password dans un coin. Bien entendu, la gestion des comptes ayant accès à ce logiciel ne relève aucunement de ses attributions, il est là pour gérer l’infrastructure et les installations. Mais le chef de projet, le responsable applicatif ? Ils n’ont juste jamais croisé le prestataire. Et n’ont eu aucune communication avec lui en particulier.

Aujourd’hui, le premier utilisateur teste l’application. Il nous appelle immédiatement, y’a rien qui fonctionne, il ne trouve pas de menu sur la page Web.
Collègue vérifie avec lui, ils ont bien le même OS, le même navigateur fourni par le Store de la boite, qui ne permet donc pas de modifier sa configuration.
L’utilisateur partage son écran et... effectivement, là où Collègue a bien son menu sur la gauche de l’écran, Utilisateur n’a pas de menu qui apparait.
Il fait appel à un deuxième collègue pour vérifier, et qui nous confirme qu’il a bien lui aussi, avec le même login, un menu qui apparait, sur la gauche de la page Web.

Je vous passe les détails et au bout d’une heure de recherches intensives, on a trouvé le bug. Pardon le BUG.
On pourrait résumer ça à de l’anti-responsive design. Vous savez, le responsive design, c’est cette technologie qui dit que si votre fenêtre de navigateur n’est plus en paysage, mais en mode portrait, si votre résolution passe d’un glorieux écran 4K à celui d’un vieux 3310 Nokia, votre page doit réorganiser ses éléments graphiques pour que tout (ou une grosse partie) reste lisible et accessible. Et bien ici, c’est l’inverse.
Autrement dit, dès que la fenêtre est trop petite, et bien... le menu ne s’affiche tout simplement pas. Et je ne parle pas d’une limitation minimale à 1024 par 768, mais d’un bon 1600 par 900 pixels. Si votre écran n’affiche pas le site en full screen, vous avez perdu. Si vous n’avez pas un écran assez grand ? Vous avez aussi perdu. Votre résolution est insuffisante ? C’est encore perdu. Et je vous raconte pas ce qu’il se passe lorsqu’on réduit encore la taille de la fenêtre. C’est tout simplement magique et d’une connerie affligeante en 2019.

Autre découverte au passage, si l’on cherche à se déconnecter de la page Web, la page vous déconnecte (yahoo !) et vous renvoie sur une autre page... en 404. Pourquoi ça ? Simplement, parce que c’est une page hébergée par une autre branche, sur une machine, bien entendu, ne nous est pas accessible (et le contraire serait flippant).

Re: Les ordinateurs de l'HORREUR

Posté : mer. déc. 18, 2019 11:49 am
par Keul
J'ai du intervenir sur un serveur de dev, ça a été joyeux :keima:

Le serveur est un ESXi qui dispose de plusieurs machines virtuelles, dont une sous Windows 7 et une sous Windows 10, il dispose de deux ports RJ45 reliés au réseau interne et au réseau de développement.

Il était nécessaire de pouvoir relier ces VM à un appareil via un port réseau RJ45 dédié pour effectuer des tests.
Hors l’ESXi n’ayant que deux ports réseau déjà occupés, impossible de relier l’appareil.
Sans accès au switch du réseau interne, ni moyen de changer le switch du réseau de DEV pour tenter de configurer un VLAN, il fallait trouver une autre solution:
mettre un dongle USB RJ45 sur la VM Windows10 :fumie:

C’est moche mais ça marche et c’est sur de l’équipement de dev donc OSEF.

Problème, ce n’est pas une VM mais deux des VM qui ont besoin d’accéder à l’appareil.

Pas de problème, on ramène un autre dongle USB, on le branche et il n’apparait pas. What? :?:

L’ESXi ne veut pas partager les ports USB avec la VM.
Mais comment le premier dongle a pu être branché?
OK, la personne qui l’avais mis en place a en fait partagé avec la VM le “contrôleur PCI USB”. La moitié des ports USB dont donc filé à une VM comme un gros sagouin et il ne sont donc plus accessible. :espion:
Bon, c’est pas un drame, il reste un second contrôleur PCI USB.
Ça déconne mais j’arrive finalement à lier ce second contrôleur à la VM, le branche le dongle USB et… périphérique non reconnu. :euh:
OK, c’est un Windows 7, il a pas le driver, mais c’est pas grave, y’a un CD dedans, je copie le .exe sur la VM, je le lance et … “Message d’erreur à la con incompréhensible” (j’aurais du screenshoter) :-?

Le temps passe et il est décidé d’acheter une carte réseau avec 4 ports RJ45 histoire de gérer ça plus proprement.

Je reçois la carte. Chipset Realtech, good. :yeah:

J’installe la carte, je vais dans l’ESXi et le vois que 4 périphériques PCI sont détectés, good. :yeah:

Je vais dans l’interface web d’administration de l’ESXi et là... rien...
diantre...

Ah ben les cartes sont pas compatible avec cette version de l’ESXi (pas la dernière mais assez récente tout de même). :askthat:

Et installer les drivers s’avère compliqué.

...

Vous vous souvenez des ports USB?
Le PCI passetrough?

:rena:

Là, on à une unique carte réseau avec 4 ports, mais qui a 4 contrôlleurs PCI express
(le PCI fonctionnant par lignes, quand on dit SLOT PCI 1x, 2x, 4x, 8x ou 16x… c’est le nombre de lignes présentes dessus, et il faut un port physiquement plus grand pour avoir plus de lignes. Pour info, on peut brancher une carte plus petite, une x4 par exemple dans un port plus grand , un x8 par exemple. On peut aussi avoir un port physique x16 mais où la carte mère n’en câble que 8, donc avec un débit réduit.)

Du coup, chaque VM à sa petite carte réseau, on installe les drivers, on configure la première carte, on branche le RJ dans le cul de la carte: elle indique bien qu’un cable a été branché :gusta:

On fait un petit ping sur le réseau...

...

timeout :serious:

Bon, on essaye avec la seconde VM.

Je branche, elle detecte qu’un cable est branché.

Je la relie à l’appareil.

J’essaie de cliquer dans la VM, elle ne réponds plus.

:x

Je me suis fait déconnecter de la VM

J’essaye de me reconnecter à la VM, rien.

Je me connecte à l’interface web de l’ESXi…

timeout…

Bon, reboot physique de l’ESXi, je relance les VM, je reconnecte la carte réseau.

Rebelotte, l’ESXi ne réponds pas.

La carte réseau fait planter l’ESXi
:mad: :kuroko2: :creeper:


Après discussion avec corsaire, je trouve un moyen d’installer les drivers sur l’ESXi, les cartes sont du coup bien détectés. Je met en place la configuration réseau, je lance un test de ping et là...
L’ESXi ne réponds pas.
:kanie:

J’ai emprunté la carte pour la tester chez moi et voir ce quii ne va pas avec, en la branchant sur mon PC perso, je suis tombé sur ça en démarrant le PC:
https://fichiers.keul.fr/IMG_20191014_221456.jpg
Après avoir branché un câble d’alimentation MOLEX supplémentaire sur la carte-mère, la carte a parfaitement fonctionné.
Mais le dissipateur sur la puce avait tendance à beaucoup chauffer. Je suppose que c’est cette consommation excessive qui devais faire planter l’ESXi.

Bon, pause repas, on continuera cet aprèm.

Je passe ma journée, puis je remarque un truc sur le driver du dongle USB qui s’installait pas sur le poste en windows 7, c’est un autoextractible.
Je l’extrait et lance le .exe dedans. Le dongle fonctionne.
:kermit:

Le jour où on me demande de relier un troisième appareil, je chercherai un adaptateur port série vers USB, j’irai ensuite brancher un dongle USB/RJ45 dessus.
:lied:

Pour la carte réseau, le client à cherché une carte compatible de la marque du serveur… Mais elle coûte 3x plus cher.
Les dongles sont pas près de partir
:fuckthat:

Enfin en fait après quelques mois, les dongles sont finalement partis, la carte réseau à été achetée et installée (en moins de 5min, reconnue directement)
:danse:

Pour ceux qui ont du mal à suivre, la version vulgarisée:
dans l’immeuble, on a eu des problèmes de portes dans les couloirs. On a donc fait passer les gens par les fenêtres.